Petits riens

19 mai 2011

L'au-delà de moi

La semaine dernière, j'ai visité le Musée Magritte.

 Magritte_TheFalseMirror_oeil_danse

D'emblée, j'ai été frappée par la "déconstruction" transmise par le peintre à travers son oeuvre. Partant du postulat de départ : le mot n'est pas l'objet, l'objet ne vaut que pour sa représentation personnelle, c'est tout un rapport à la réalité que Magritte réinvente.

Avec lui je me suis efforcée de briser les limites de la conscience pour explorer cet ailleurs qui m'est si inhabituel. Par l'intermédiaire de ses thèmes récurrents comme les portes qui ouvrent sur l'onirique, le déconstruit, le rêve.

magritte_rene_la_victoire

 

Avec lui je m'interroge sur mes propres limites. Je réalise que je suis très dépendante des règles sociales, des contraintes rationnelles. Là où il s'est moqué des conventions en refusant de donner un titre à ses oeuvres, je m'appuie sur elles, sur ces conventions, pour structurer ma vie. Et ce, depuis toujours.

Or, pour l'avoir déjà exprimé souvent sur ce blog, j'étouffe dans une vie trop étriquée pour moi, dans un couple trop réduit. La faute à moi, avant tout, évidemment. A la façon dont je suis construite, à la façon dont j'entretiens mes limites, à la façon dont je bâtis sur elles. J'étouffe dans un monde trop petit pour moi, alors que j'ai conscience maintenant d'un ailleurs infini, illimité, dont les seules balises sont l'imagination.

magritte2

Depuis quelques années, j'essaie d'explorer cet ailleurs, cet "au-delà de moi". Par le jeu, principalement. Le jeu qui permet, protégé par ses propres règles, de ne pas interférer trop dans la réalité, de ne pas remettre trop de choses en question. Grâce au jeu, je peux essayer différentes vies, en imaginer le ressenti, explorer des rôles, des relations, avec des partenaires virtuels. C'est bien, c'est propre, ça ne mange pas de pain. Pas de danger pour ma vie réelle car les mondes restent bien hermétiques les uns aux autres. Enfin... c'est ce qui est voulu au départ, parce qu'arrive parfois un moment où on se retrouve à la frontière et là... gare aux turbulences...

Posté par Reevolution à 14:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 mai 2011

3 ans

3 ans de pause blog non préméditée...

J'ai fêté mes 40 ans dans l'indifférence générale, principalement la mienne. Je pensais que ce serait un cap important à passer et finalement il ne l'a pas été. Peut-être ai-je fait en sorte que cela ne le soit pas. Dans tous les cas, c'est déjà de l'histoire ancienne.

De nouvelles amitiés se sont nouées, d'anciennes se sont défaites, parfois avec regret. J'ai trouvé des réponses à certaines de mes questions, d'autres se sont posées. La séparation, le divorce de couples proches ont réactivé énormément mon questionnement.

Un bébé n'est pas né. Et plus aucun ne naîtra de moi. Sinon comment pourrais-je rester en cohérence avec moi-même...

Je me suis découvert des capacités à travers l'écriture, dans des échanges très très particuliers.

Une année verte, une année bleue, une année orange selon les pochettes des dossiers. Et l'année grise est bien entamée. Ce matin, un monsieur "bleu" a succédé à un monsieur "gris" dans un choc d'univers, et j'aime ça. J'aime ce métier.

Des vacances au paradis, mais je l'ai bien payé. Pourtant je ne regrette pas. Mais suis-je prête à recommencer ?

Les enfants grandissent et bousculent sans arrêt notre équilibre, nos certitudes. Quand on y pense, on se dit que l'on grandit en même temps qu'eux et c'est assez fou comme idée ! J'aime ce qu'ils deviennent, j'aime moins ce qu'ils font de moi, à savoir marquer mon âge et ouvrir tout un champ de questions sur l'avenir.

3 ans de pause, et pourtant, voilà que j'ouvre à nouveau ce lieu fermé. Pressée par les mêmes besoins que ceux qui m'avaient poussée à le créer : celui d'une rencontre avec moi-même, celui de repousser un peu mes limites, celui de m'empêcher d'étouffer...

Posté par Reevolution à 13:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
05 mai 2011

Question

Doit-on obligatoirement attendre de son mari qu'il nous comble ?

Posté par Reevolution à 13:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]